1.8. Age de départ à la retraite par génération

Pour les générations nées avant 1951, l’âge légal de départ à la retraite était fixé à 60 ans, l’âge de départ à taux plein à 65 ans. Pour les générations nées après 1951, la réforme de 2010 repousse l’âge légal de 60 à 62 ans et l’âge à taux plein de 65 à 67 ans. Ces mesures sont instaurées de manière progressive pour les générations nées entre 1952 et 1955.

En 2019, l’âge conjoncturel moyen de départ à la retraite est de 62 ans et 2 mois

En 2019, l’âge conjoncturel de départ à la retraite (voir méthodologie) est de 62 ans et 2 mois (cf. graphique 1) : 62 ans et 6 mois pour les femmes et 61 ans et 11 mois pour les hommes. Il est en progression continue depuis 2010 (+1 an et 9 mois), en raison principalement du relèvement de l’âge d’ouverture des droits à la retraite issu de la réforme de 2010 et du relèvement de l’âge d’annulation de la décote depuis 2016. De façon plus marginale, il est aussi porté par une légère diminution depuis 2015 des taux de retraités entre 62 ans et 64 ans due, pour partie au moins, à l’évolution des règles de cumul emploi-retraite suite à la réforme de 2014.

Les hommes ont plus largement bénéficié du dispositif de départs anticipés pour carrières longues

Pour les hommes, les liquidations avant 60 ans représentent 28 % des départs en retraite de la génération 1950 (cf. graphique 2). Elles ont significativement augmenté : pour les générations 1930 à 1942, la proportion des départs à ces âges n’excédait pas 15 %. Leur proportion est toutefois inférieure à celle de la génération 1946 (34 %). La mise en place du dispositif de départs anticipés pour carrières longues dès 2003, dont les retraités de la génération 1946, alors âgés de 57 ans, ont pu bénéficier, explique la proportion significativement élevée du nombre de départs en retraite avant 60 ans.
En contrepartie, les assurés nés en 1950 sont moins nombreux à partir à 60 ans : 45 % contre plus de 67 % pour les générations nées avant 1942. Les départs à 61-64 ans continuent de progresser. Les départs à 65-66 ans ont augmenté de 4 points, passant de 6 % à 10 %, après avoir été stables (entre 4 et 7 %) pour les quatre générations précédentes.
A l’instar des hommes, on observe une augmentation des départs avant 60 ans pour la génération 1946 chez les femmes, mais dans une moindre mesure (14 % contre 34 %). Ils sont en hausse de 4 points par rapport à la génération 1942 (9 %) et restent stables pour la génération 1950. Pour les femmes, les départs à 65-66 ans continuent de diminuer, tandis que les proportions de départs à 60 ans et entre 61 ans et 64 ans restent quasi-stables : autour de 53 % pour les premières, 12 % pour les secondes.
La mise en place des retraites anticipées en 2003 a ainsi favorisé les départs avant 60 ans pour les générations 1946 et 1950 surtout chez les hommes.

Certains régimes spéciaux permettent des liquidations de pension avant 60 ans

Les liquidations avant 60 ans correspondent également à des départs dans des régimes spéciaux, y compris ceux de la fonction publique, qui permettent aux agents de bénéficier de leurs droits avant l’âge de droit commun. C’est notamment le cas des fonctionnaires civils de l’État ou des collectivités territoriales et hospitalières, qui peuvent liquider leur pension dès l’âge de 55 ans, voire 50 ans, dès lors qu’ils ont effectué au minimum quinze ans de service dans un corps classé en « catégorie active ». Jusqu’à la réforme de 2010, ces régimes autorisent également les mères de trois enfants à partir au bout de quinze ans de service. Par ailleurs, les fonctionnaires militaires bénéficient de dispositifs spécifiques de départ, d’une durée minimale de cotisation et de bonifications d’ancienneté, qui conduisent à des âges précoces de liquidation.

Les femmes sont davantage concernées par les départs en retraite à 65 ans

Les départs à 65 ans concernent majoritairement des femmes. En effet, ces dernières disposent en général de carrières moins complètes que celles des hommes, si bien qu’elles remplissent moins souvent la condition de durée d’assurance pour bénéficier d’une pension à taux plein. On remarque qu’un nombre important d’assurées ne part pas en retraite avant 65 ans afin d’obtenir le taux plein par l’âge, qui leur ouvre droit, le cas échéant, au minimum contributif (cf. indicateur n°1-12).

D’une génération à l’autre, l’âge de départ en retraite peut évoluer pour différentes raisons : évolution de l’âge légal de départ et de la durée légale d’assurance, impact de mesures nouvelles (décote / surcote, départs anticipés…), situation sur le marché du travail (chômage, dispositifs de cessation anticipée d’activité...), état de santé de l’assuré, etc. Sa distribution ne peut être observée que pour les générations relativement anciennes, afin de tenir compte des départs aux âges élevés et, en particulier, à 65 ans. Par conséquent, cet indicateur ne permet pas de tenir compte des modifications liées à la réforme portant sur le recul de l’âge minimum de départ à la retraite et de l’âge d’acquisition (affectant les personnes nées à partir de 1951).
 

Graphique 1 ● Âge conjoncturel moyen de départ à la retraite selon le genre

Re.1.8_G1.jpg

Champ : Personnes résidant en France, hors personnes qui ne liquideront aucun droit de retraite. 
Note de lecture : Les femmes françaises partaient à la retraite à 61,3 ans en 2004, à 60,8 ans en 2010 et à 62,5 ans en 2019 (62 ans et 6 mois).
Source : DREES, EIR, EACR, modèle ANCETRE ; Insee, bilan démographique.

Graphique 2 ● Répartition des âges de départ à la retraite par génération

Re.1.8_G2.jpg

Note de lecture : Pour la génération 1950, 45 % des hommes sont partis à la retraite à 60 ans contre 54 % des femmes.
Champ : retraités bénéficiaires d’au moins une pension de droit direct dans un régime de base, nés en France, vivants au 31 décembre de l’année de leurs 66 ans, hors pensions d’invalidité.
Source : Drees, EIR 1997, 2001, 2004, 2008, 2012 et 2016. 

Quel indicateur pour l’âge moyen de départ à la retraite ?
L’âge moyen de départ à la retraite doit être calculé par génération car la plupart des paramètres de retraite sont définis selon la génération. Il ne peut être calculé que lorsque les générations sont entièrement parties à la retraite. L’âge conjoncturel de départ à la retraite est l’âge moyen de départ d’une génération fictive qui aurait, à chaque âge, la même probabilité d’être à la retraite que la génération de cet âge au cours de l’année d’observation. 

Sources des données : Les données présentées ici (échantillon interrégimes des retraités 1997, 2001, 2004, 2008 2012 et 2016) sont produites par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Elles ne couvrent que les assurés nés en France par souci de comparabilité, les EIR antérieurs à 2004 ne portant que sur ce champ. 

Indications complémentaires : L’âge de départ à la retraite n’est pas nécessairement égal à l’âge de cessation d’activité : une personne peut avoir quitté le marché du travail avant de liquider ses droits à la retraite, et se retrouver dans une autre situation d’inactivité dans la période intermédiaire (préretraite, chômage en dispense de recherche d’emploi, etc.) ; à l’inverse, il est également possible de continuer à exercer une activité après la liquidation des droits à la retraite (cumul emploi-retraite). C’est la raison pour laquelle l’âge moyen de départ des fonctionnaires militaires est particulièrement bas, autour de 45 ans, alors même que la très grande majorité d’entre eux continue d’exercer une activité par la suite, notamment dans le secteur privé. Enfin, lorsque l’assuré a cotisé à plusieurs régimes de retraite pendant sa carrière, l’âge de départ en retraite considéré ici est celui du premier droit liquidé.
 

Organisme responsable de la production de l’indicateur : DSS

Téléchargements complémentaires