1.15. Bénéficiaires de pensions de réversion

1.15.1. Bénéficiaires de pensions de réversion de l'ensemble des régimes

La pension de réversion, ou pension de droit dérivé, consiste à verser sous certaines conditions au conjoint survivant une partie de la retraite dont bénéficiait - ou aurait pu bénéficier - un assuré décédé. Tous les régimes de retraite français accordent ce type de pension. Toutefois, le taux de réversion et les conditions de perception (ressources, âge minimum, durée de mariage, statut marital) varient d’un régime à l’autre. Les critères et les montants d’attribution d’une pension de réversion d’un salarié du privé sont résumés ci-après dans les précisions méthodologiques.

Les femmes sont les principales bénéficiaires de pensions de réversion

En 2019, 4,4 millions de personnes, soit plus du quart du nombre total de retraités des régimes français, perçoivent une pension de réversion (cf. graphique 1). Les femmes représentent 88 % des bénéficiaires d’une pension de réversion. Ce résultat tient principalement à une plus grande longévité et au fait que, dans les couples mariés, les femmes sont plus jeunes en moyenne de deux ans.  
En outre, les hommes bénéficient d’un niveau de pension de droit direct plus élevé en moyenne, ce qui les conduit à dépasser plus fréquemment la condition de revenu maximum pour bénéficier d’une pension de réversion lorsqu’elle existe. Pour la même raison, le montant moyen de la pension de réversion perçue par une femme est plus de deux fois supérieur à celui perçu par un homme (cf. indicateur n°1-9).

Les droits dérivés représentent en moyenne 9 % de la pension totale

La pension de droit direct représente en moyenne 91 % de la pension totale et la pension de droit dérivé 9 % en 2019. Pour les femmes, les droits dérivés participent à 18 % de la pension contre 1 % pour les hommes. Depuis 2004, le montant moyen des droits dérivés pour l’ensemble de la population reste relativement stable. Ce montant est porté par une diminution du montant moyen pour les femmes (- 25 € entre 2004 et 2019) et une augmentation pour les hommes (+ 9 €) (cf. graphique 2).

Graphique 1 ●Nombre de retraités de droit dérivés dans l’ensemble des régimes (base et complémentaire)

Re.1.15.1_G1.jpg

Sources : EACR, EIR, modèle ANCETRE de la Drees.
Champ : Retraités titulaires d’un droit dérivé dans un régime de retraite de base ou complémentaire, résidant en France ou à l’étranger, vivants au 31 décembre de l’année n. Les « Retraités de droit dérivé » sont les retraités titulaires d’un droit dérivé dans un régime de retraite de base ou complémentaire au cours de l’année n et les « Retraités de droit dérivé sans droit direct » sont les retraités titulaires d’un droit dérivé dans un régime de retraite de base ou complémentaire, mais n’étant pas titulaire d’une pension de droit direct dans un régime de retraite de base ou complémentaire au cours de l’année n.

Graphique 2 ● Montant moyen des droits dérivés pour l’ensemble de la population

Re.1.15.1_G2.jpg

Sources : EACR, EIR, modèle ANCETRE de la Drees.
Champ : Retraités ayant perçu un droit direct au cours de l'année N, résidant en France ou à l'étranger, vivants au 31/12 de l'année.

Sources des données :  Le modèle ANCETRE (Actualisation annuelle par Calage pour l’Estimation Tous Régimes des Effectifs de retraités) permet d’estimer tous les ans les principales grandeurs tous régimes (effectifs de retraités, montant des pensions, nouveaux retraités, ...). L’enquête annuelle auprès des caisses de retraite (EACR) repose sur des données administratives fournies par les caisses de retraite. Portant sur la situation en fin d’année de quinze régimes de base et cinq régimes complémentaires en 2019, cette enquête couvre la quasi-totalité du champ des retraités. Les données relatives à l’année n sont disponibles en fin d’année n+1.
L’échantillon interrégimes de retraités (EIR) est également construit à partir des données administratives des caisses de retraite, mais celles-ci sont regroupées par individu. L’EIR permet notamment, contrairement à l’EACR, d’avoir des informations sur les polypensionnés et donc d’estimer le nombre de retraités. Cette base concerne les retraités nés et résidant en France ou à l’étranger.

Construction de l’indicateur : Le modèle ANCETRE est conçu pour rapprocher au mieux les données de l’EIR et celles de l’EACR. Il actualise la dernière version disponible de l’EIR en faisant vieillir les retraités déjà présents et en ajoutant de nouveaux retraités. La montée en charge de certains dispositifs comme le recul de l’âge légal est notamment simulée. Les évolutions des effectifs et des pensions des principales caisses de retraite fournies par l’EACR et les évolutions démographiques fournies par l’Insee sont également prises en compte.
Les évolutions entre 2011 et 2012 ainsi qu’entre 2016 et 2017, sont à prendre avec précaution, les données 2008-2011 étant estimées à partir de l'EIR 2008, les données 2012-2015 étant estimées à partir de l'EIR 2012 et les données 2016-2017 étant estimées à partir de l’EIR 2016.

Conditions d’attribution d’une pension de réversion : L’attribution d’une pension de réversion lors du décès du conjoint est conditionnée à plusieurs critères présentés dans le tableau suivant.

Re.1.15.1_T1.jpg
 

Organisme responsable de la production de l’indicateur : DSS

Téléchargements complémentaires