Objectif n°1 : Développer la prévention

2.3.2. Vaccination contre la grippe chez les personnes de 65 ans et plus et les autres groupes à risque

En France métropolitaine, 2,5 millions de personnes sont, en moyenne, concernées chaque année. La grippe peut entraîner des complications sévères chez les sujets à risque (personnes âgées ou sujets fragilisés par une pathologie chronique sous-jacente). La grippe se manifeste le plus souvent sous forme d’épidémies saisonnières (généralement entre novembre et avril dans l’hémisphère nord).

Finalité

La mortalité imputable à la grippe saisonnière concerne essentiellement les sujets âgés (plus de 90 % des décès liés à la grippe surviennent chez des personnes de 65 ans et plus). Le grand nombre de malades atteints chaque année et les complications parfois mortelles de la maladie font de la grippe un problème de santé publique. L’objectif pour la vaccination antigrippale fixé par l’OMS est d’atteindre un taux de couverture vaccinale supérieur à 75 % dans les populations à risque de formes graves. La vaccination est actuellement recommandée chez :
-    les personnes âgées de 65 ans ou plus ;
-    les personnes atteintes par certaines pathologies susceptibles d’être décompensées par la grippe, les personnes avec un IMC supérieur à 40 kg/m2 et les femmes enceintes.

En Europe, la couverture vaccinale des personnes âgées de 65 ans ou plus était de 41,4 % en 2018 et variait selon les pays. Elle était de 34,8% en Allemagne mais était au-dessus de 50% en  Italie (52,7 %) et en Espagne (54,3 %) selon eurostat.
Le rôle du médecin traitant dans la participation à la vaccination est prépondérant. La convention médicale, fixe, dans le cadre de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP), l’objectif d’un taux de couverture de > 42 % des patients en affection de longue durée (ALD) ciblés et de > 61 % des personnes âgées de 65 ans et plus. Depuis la saison 2019-2020, les pharmaciens sont autorisés à vacciner contre la grippe saisonnière et participent à la campagne de vaccination des personnes adultes à risque de formes graves. A compter de la prochaine campagne grippe, les infirmiers et pharmaciens d’officine pourront vacciner contre la grippe les personnes ciblées par les recommandations vaccinales dès l’âge de 16 ans. Les sages-femmes pourront vacciner tous les mineurs ciblés par les recommandations. 

Précisions sur la prise en charge : Les patients âgés de moins de 65 ans porteurs d’une pathologie considérée à risque ainsi que les personnes âgées de 65 ans et plus, reçoivent un bon de prise en charge pour se procurer le vaccin gratuitement. Les femmes enceintes et les personnes présentant une obésité morbide sont également incluses dans la population cible de la vaccination. Elles ne reçoivent pas de bon de prise en charge mais celui-ci peut être édité par un médecin ou un pharmacien. Les vaccins contre la grippe saisonnière font l’objet d’une prise en charge de la part de l’assurance maladie (65 %). Le fonds national de prévention, d’éducation et d’information sur la santé (FNPEIS) prend en charge la partie restant à charge (35 %) pour les populations cibles.

Résultats

La couverture vaccinale contre la grippe reste très éloignée de l’objectif d’une couverture à 75 % des populations à risque de forme grave de grippe, malgré les campagnes annuelles en faveur de la vaccination. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, le taux de couverture vaccinale antigrippale était en baisse constante depuis la pandémie en 2009-10 (48,5 % en 2014 2015 versus 63,9 % en 2009-2010), est ensuite resté stable ou en légère augmentation, atteignant 52 % en 2019-2020 puis il a augmenté plus fortement (58,9%) en 2020-21.

Tableau 1 ● Taux de couverture vaccinale contre la grippe chez les personnes à risque

Mal.2.3.2_T1.jpg

* personnes avec certaines affections longue durée (ALD) ou souffrant d’asthme ou de bronchopneumopathie chronique obstructive
Source : CNAMTS pour la période 2011-20015 à 2014-2015 et SNDS-traitement Santé publique France à partir de la saison 2016-2017
Champ : France métropolitaine, régime général pour la période 2006-2007 à 2014-2015 et France entière, tous régimes à partir de la saison 2017-2016

En 2021-2022, il diminue (56,8 %) mais reste supérieur à celui observé au cours de la saison 2019-2020. Chez l’ensemble des personnes de moins de 65 ans en ALD ou souffrant d’asthme ou de BPCO, la couverture vaccinale en 2021-22 est en baisse (34,3 %) par rapport à celle observée au cours de la saison 2020-21 (38,7 %) mais reste supérieur à celle observée au cours de la saison 2019-2020, et reste très insuffisante aux égards des objectifs fixés.

Construction de l’indicateur  
Les indicateurs sont constitués par le rapport entre :
-    le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus pour lesquelles il y a eu délivrance d’un vaccin antigrippal pendant la campagne annuelle de vaccination sur le nombre d’assurés sociaux ou d’ayant droits âgés de 65 ans ou plus ;
-    le nombre de personnes de moins de 65 ans ayant une ALD exonérante ou souffrant d’asthme ou de BPCO ayant bénéficié d’un bon de vaccination et pour lesquelles il y a eu délivrance d’un vaccin antigrippal pendant la campagne annuelle de vaccination sur le nombre d’assurés sociaux ou d’ayant droits de moins de 65 ans ayant une ALD exonérante ou souffrant d’asthme ou de BPCO ayant bénéficié de l’envoi d’un bon de vaccination. 

Précisions méthodologiques   
Les estimations des couvertures vaccinales étaient effectuées pour la période 2006-2007 à 2015-16 par la CNAM pour les affiliés du régime général (hors sections mutualistes) soit environ 75 % de la population. Depuis la saison grippale 2017-2018 ainsi que rétrospectivement pour la saison 2016-2017, les estimations ont été réalisées par Santé publique France à partir des données du SNDS (Système National des Données de Santé) et pour la quasi-totalité des régimes (environ 99 % de la population). Par ailleurs, l’indicateur utilisé par Santé publique France en ce qui concerne les sujets à risque de moins de 65 ans (sujets avec co- morbidités) a été modifié par rapport à celui utilisé par la Cnam limitant la pertinence des comparaisons historiques pour cette population. Ces personnes sont repérées dans la base de données parce qu’elles bénéficient d’une ALD ou pour celles atteintes d’asthme ou de BPCO via un algorithme basé sur leur consommation de médicaments.
Les estimations pour les sujets de moins de 65 ans sous-estiment très probablement la réalité dans la mesure où certaines personnes à risque (mais dans une proportion inconnue) peuvent se faire vacciner contre la grippe sans avoir recours à leur bon, en particulier dans un cadre professionnel. De plus, ces estimations n’incluent pas notamment les femmes enceintes ni les personnes présentant une obésité morbide, qui font partie des cibles vaccinales mais ne sont pas repérées dans la base de données et ne bénéficient pas de l’envoi d’un bon de vaccination.
La liste des affections longues durées (ALD) pour lesquelles l’Assurance maladie assure la prise en charge du vaccin contre la grippe est la suivante : 
(1) accident vasculaire cérébral invalidant ;
(5) insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
(6) maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
(7) déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l’immunodéficience humaine ;
(8) diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
(9) forme grave des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;
(10) hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères ;
(13) maladie coronaire ;
(14) insuffisance respiratoire chronique grave ;
(18) mucoviscidose ;
(19) néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
(20) paraplégie ;
(28) suite de transplantation d’organes.
 

Organismes responsables de la production de l’indicateur : ANSP Santé Publique France/DGS

Téléchargements complémentaires