Objectif n°1 : Développer la prévention

2.3.1. Vaccination des enfants de 24 mois pour les vaccins recommandés

Finalité

Dans le cadre de la lutte contre les maladies infectieuses, le calendrier vaccinal établit chaque année les recommandations des vaccinations chez le nourrisson : type de vaccination, nombre de doses et âge. Les vaccinations intégrées dans le calendrier de vaccination du nourrisson concernent la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae b (Hib), la rougeole, la rubéole, les oreillons, l'hépatite B, les infections invasives à méningocoque C et les infections à pneumocoque. Ces 11 vaccinations sont maintenant obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Seuls les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) étaient obligatoires chez les enfants concernés par les données présentées ici.
Les vaccins relatifs à ces pathologies font l’objet d’un remboursement de la part de l’assurance maladie, à l’exception du vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons qui est fourni gratuitement. 
La lutte contre la plupart de ces maladies (DTP, hépatite B, rougeole et rubéole) s’inscrit dans le Plan d’action Européen 2015-2020 relatif aux vaccinations.
Afin d’assurer une protection générale de la population, il est nécessaire d’atteindre un taux de couverture vaccinale de 95 %.

Résultats

La France est l’un des pays européens ayant les meilleurs taux de couverture vaccinale contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite (DTCP) chez l’enfant de 2 ans. Elle est toutefois moins performante que certains pays pour la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) et l’hépatite B. La couverture « ROR première dose » est stable depuis 2010 mais reste incompatible avec l’objectif d’élimination de la rougeole et de la rubéole. La couverture « ROR seconde dose » est en augmentation mais demeure insuffisante. La couverture de la vaccination contre le pneumocoque continue de progresser chaque année et se situe dans des valeurs proches de celle du DTPC. La couverture contre l’hépatite virale B est en nette augmentation depuis l’admission au remboursement du vaccin hexavalent en 2008 et continue à progresser jusqu’en 2016. En 2017 et 2018, elle reste stable et demeure insuffisante. 
La couverture par le vaccin contre la méningite à méningocoque du groupe C poursuit sa progression mais reste insuffisante chez l’enfant de 24 mois. 
Globalement, les couvertures vaccinales les plus élevées sont observées pour les vaccinations de l’enfant, qui étaient obligatoires (DTP) ainsi que pour les vaccinations, qui étaient recommandées, administrées de façon conjointe (coqueluche, Haemophilus influenzae b et hépatite B lors d’utilisation du vaccin hexavalent) ou au cours d’une même séance de vaccination (pneumocoque). Par contre, pour les vaccinations qui sont administrées selon un calendrier vaccinal différent de celui des vaccinations obligatoires, la couverture vaccinale estimée est nettement inférieure (ROR et méningocoque C).

Graphique 1 ● Taux de couverture vaccinale chez les enfants de 24 mois

2.3.1_1.jpg

Source : SNDS (DCIR-PMSI). Champ : tous régimes, France entière (hors Mayotte). Exploitation : Santé publique France

Construction de l’indicateur

L’indicateur est le rapport du nombre d’enfants de 2 ans ayant reçu le nombre de doses requises (selon le calendrier vaccinal établi et publié par le Ministère chargé de la santé chaque année) sur le nombre d’enfants de cet âge pour lesquels un certificat de santé a été saisi.

Précisions méthodologiques

La mesure principale du taux de couverture vaccinale est effectuée sur la base des certificats de santé des enfants de 24 mois. Ces certificats sont remplis par les médecins des secteurs privés (médecins libéraux) et publics (Protection Maternelle et Infantile, PMI) et adressés au Service départemental de PMI du Conseil Général du département. Les données des certificats sont saisies et analysées localement. Le fichier départemental constitué est transmis à la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du Ministère chargé de la santé. Les fichiers départementaux sont fusionnés dans un fichier national unique dont les données vaccinales (type d’antigène et nombre de doses) et sociodémographiques sont transmises à l’unité des infections respiratoires et vaccination de Santé publique France pour analyse.
La validation nécessaire des données et le circuit de remontée de ces données expliquent que ne sont actuellement connus que les taux de couverture vaccinale jusqu’en 2018. En raison du changement du calendrier vaccinal en 2013, les données pour les doses de rappel contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et les infections invasives à Haemophilus influenzae b ne sont pas exploitables pour l’année 2014. A partir de l’année 2015, la primovaccination pour ces vaccinations correspond à l’administration de 2 doses de vaccin et le rappel à 3 doses.
Il est encore trop tôt pour estimer la couverture vaccinale à 24 mois des enfants nés en 2018 et soumis à l’obligation vaccinale.
Pour le vaccin contre la méningite à méningocoque C, recommandé depuis 2010 et pour lequel les données issues des certificats de santé ne sont pour l’instant pas exploitables, l’estimation de la couverture vaccinale est effectuée à partir des données de remboursements de vaccins contenues dans le Système National des Données de Santé (SNDS). Elle est calculée chaque année et définie comme le rapport du nombre d’enfants ayant reçu une dose de vaccin contre le méningocoque C sur le nombre d’enfants affiliés à un régime d’assurance maladie (le SNDS contient les données de la quasi-totalité des régimes). La couverture vaccinale la plus récente a été estimée à partir des données mises à jour au 31/12/2019.
 

Organismes responsables de la production de l’indicateur : ANSP Santé Publique France/DGS

Téléchargements complémentaires