Objectif n°1 : Développer la prévention

2.1.5. Pollution de l’air

Finalité

La pollution de l’air est un mélange complexe, en évolution constante, de polluants qui peuvent être chimiques, physiques ou biologiques, tels que les pollens et les moisissures. Depuis 2013, les particules de l’air extérieur sont classées comme cancérigènes pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Elles contribuent également à l’aggravation de certaines pathologies (asthme et allergies) et peuvent avoir un impact sur la fertilité et le développement des enfants. La toxicité de ces particules provient à la fois de leur composition et de leur taille. Plus les particules sont fines, plus elles sont capables de pénétrer profondément dans l’organisme et de passer par la circulation sanguine vers d’autres organes.
Santé Publique France estime que chaque année près de 40 000 décès seraient attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines (PM2,5), réduisant leur espérance de vie de 8 mois en moyenne. La pollution de l’air ambiant est ainsi un facteur de risque important pour la santé : 7 % de la mortalité totale est attribuable à une exposition aux PM2,5.
Cette fiche suit les émissions de particules et la mise en place de zones à faibles émissions mobilité (ZFEm) qui doit permettre de limiter les risques pour la population.

Résultats

Le niveau des émissions de particules totales en suspension (TSP) est globalement en baisse depuis 1990. Tous les secteurs d’activité contribuent aux émissions de TSP. Les principaux secteurs émetteurs au cours de la période sont l'agriculture/sylviculture, notamment du fait des travaux des champs ; l'industrie manufacturière, notamment du fait des activités du BTP et de la construction (chantiers), ainsi que l’extraction de roches dans les carrières ; et le résidentiel, notamment du fait de la combustion de bois dans les équipements domestiques. Pour les autres secteurs (hors transport), les émissions de particules proviennent principalement de la combustion de la biomasse.
Lors des dernières années, la tendance générale révèle une baisse continue des émissions totales de particules qui, bien que plus lente, suit la tendance historique observée depuis 1990. En effet, certains secteurs comme le transport routier ou le résidentiel/tertiaire sont en constante diminution de leurs émissions de particules. Cependant, les émissions des autres secteurs ont plutôt tendance à stagner ces dernières années.
Les creux d’émissions observés s’expliquent généralement par des phénomènes temporaires : crise économique en 2009, douceur du climat en 2011 et 2014 (moindre recours au chauffage et donc à la combustion). Les mesures de confinement mises en place au printemps 2020 pour limiter la propagation de la Covid-19 ont à ce titre entraîné une réduction de l’exposition de la population à la pollution (baisse du trafic, diminution de la production…). D’après l’évaluation quantitative d’impact sur la santé (EQIS) réalisée par Santé Publique France, 2 300 décès liés aux PM ont été évités, montrant l’impact de la pollution de l’air sur la santé.
Enfin, les émissions de TSP pourraient augmenter dans les prochaines années du fait de l’évolution du climat et du développement de la combustion de la biomasse, qui est plus émettrice de particules que les combustibles qu’elle substitue généralement (fioul, gaz naturel). En effet, dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, les politiques publiques soutiennent un accroissement de la biomasse dans le mix énergétique tout en lançant un plan d’actions visant à réduire les émissions de particules fines dans l’air (PM 2,5). Les particules fines représentent 30 % des émissions annuelles du chauffage au bois sur la période 2020 et 2030.

Graphique 1 ● Emissions de particules dans l’air

Ma.2.1.5_G1.jpg

Source : Citepa édition 2020 - inventaire national d'émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques - citepa.org

Afin de limiter les expositions, certaines collectivités territoriales ont mis en place des zones à faibles émissions mobilité (ZFEm), dans lesquelles la circulation des véhicules les plus polluants est interdite. En 2021, 7 nouvelles ZFEm seront créées et viendront s’ajouter aux 3 premières ZFEm localisées en Ile-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes. Enfin, le projet de loi climat et résilience, prévoit de créer 10 nouvelles ZFEm en 2023 et de mettre en place une ZFEm dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici fin 2024.

Graphique 2 ● Habitants vivant à l'intérieur d'une zone à faibles émissions

Ma.2.1.5_G2.jpg

Source : Baromètre de l’action publique

Précisions méthodologiques

Les particules sont différenciées selon leur diamètre :
• les particules totales en suspension (appelées TSP pour l’acronyme anglais Total Suspended Particles) regroupant l'ensemble des particules en suspension dans l’air, quelle que soit leur taille,
• les PM10, particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur ou égal à 10 μm (microns),
• les PM2,5, particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur ou égal à 2,5 μm,
• les particules ultra fines (PUF), particules dont le diamètre est inférieur à 0,1 µm.

Les particules entre 2,5 et 10 µm sont dénommées particules grossières. Les PM2,5 sont qualifiées de particules fines et incluent également les particules ultrafines. Les PM10 incluent donc les particules grossières, les particules fines et ultra fines. Pour aller plus loin :
« Gaz à effet de serre et polluants atmosphériques : Bilan des émissions en France de 1990 à 2018 » RAPPORT NATIONAL D’INVENTAIRE / FORMAT SECTEN
« Pollution de l’air ambiant : nouvelles estimations de son impact sur la santé des Français », Santé publique France, Avril 2021

Organisme responsable de la production de l’indicateur : DSS

Téléchargements complémentaires