1.3. Espérance de vie

1.3.3. Espérance de vie en bonne santé

L’espérance de vie à 65 ans est présentée dans l’indicateur n°1.3.1 jusqu’en 2021. Cet indicateur détaille l’espérance de vie en bonne santé et avec limitation d’activité, la dernière année disponible est 2020. L’espérance de vie « en bonne santé » à 65 ans (EVBS), aussi appelée espérance de vie sans incapacité (EVSI) ou années de vie en bonne santé (AVBS), représente le nombre d’années qu’une personne peut espérer vivre sans limitation d’activité dans la vie quotidienne ni incapacités dans les conditions de morbidité de l'année considérée. À l’échelle européenne, cet indicateur fait partie des indicateurs retenus dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne (2000-2010) puis repris dans la stratégie Europe 2020. En France, il est l’un des dix indicateurs de richesse nationale adopté par le gouvernement en 2015 et est régulièrement mobilisé dans les rapports du Conseil d’orientation des retraites (COR) dans les débats sur l’aptitude des seniors à pouvoir allonger leur durée de travail au regard des années de retraite espérées passées en bonne santé. En Europe, il existe des disparités notables en matière d’espérance de vie à 65 ans. La France est le pays où l’espérance de vie est la plus élevée.

Espérance de vie en bonne santé à 65 ans : un écart femmes-hommes trois fois moins important que pour l’espérance de vie à 65 ans

En 2020, les français peuvent espérer, à l’âge de 65 ans, vivre 21 ans dont la moitié en bonne santé (11,1 ans). Les femmes peuvent espérer vivre plus longtemps en bonne santé (11,8 ans) que les hommes (10,2 ans) (cf. graphique 1). Cet écart (1,6 an) est moins important que pour d’espérance de vie à 65 ans (19 ans pour les hommes et 23,1 ans pour les femmes soit un écart de 4,1 ans), ou pour l’espérance de vie avec limitation modérée (2,4 ans).

La crise sanitaire s’est traduite par une diminution de l’espérance de vie

Depuis 2004, l’espérance de vie en bonne santé a progressé plus faiblement pour les hommes (+1,7 an) que pour les femmes (+2,5 ans). Au contraire, l’espérance de vie avec limitation d’activité modérée a augmenté plus fortement pour les hommes (+1,6 an) que pour les femmes (+0,9 an). La crise sanitaire a entraîné une forte augmentation du nombre de décès entre 2019 et 2020 (+9 %), ce qui s’est traduit par une baisse de l’espérance de vie à 65 ans de 5 mois pour les femmes et de 6 mois pour les hommes.

Dans le même temps, la part de personnes déclarant des incapacités modérées a baissé pour certaines classes d’âge (notamment pour les personnes de 75 ans ou plus), si bien que l’espérance de vie sans incapacité a dans l'ensemble progressé légèrement, pour les hommes comme pour les femmes, malgré la hausse de la mortalité. En revanche, la part des personnes déclarant des incapacités fortes est restée relativement stable, ce qui, cumulé à la hausse de la mortalité, a conduit à une légère baisse de l’espérance de vie sans incapacité forte à 65 ans.

Les données d’enquête utilisées pour estimer ces prévalences ont toutefois été collectées au début de l’année 2020, avant que la pandémie et les confinements successifs aient pu produire tous leurs effets sur l’état physique et mental de la population. Il faudra ainsi attendre au moins les données de 2021 pour juger de l’effet de l’épidémie de Covid-19 sur l’espérance de vie sans incapacité. Par ailleurs, en raison du caractère déclaratif de l’indicateur et de la taille de l’échantillon, les évolutions annuelles de l’espérance de vie sans incapacité sont toujours à analyser avec précaution.

De fortes disparités en Europe en termes d’espérance de vie en bonne santé

L’espérance de vie en bonne santé à 65 ans est en moyenne de 9,8 ans dans l’Union européenne à 27 pays. Elle est la plus élevée en Suède (15,9 ans) et la plus faible en Slovaquie (4,7 ans). Avec une espérance de vie en bonne santé à 65 ans de 11,1 ans, les français se situent au-dessus de la moyenne européenne. Les pays de l’est disposent d’une espérance de vie en bonne santé plus faible, tout comme certains pays méditerranéens (Croatie, Portugal, Grèce, etc.) qui malgré une espérance de vie plus élevée que les pays de l’est disposent d’une espérance de vie en bonne santé plus faible que la moyenne européenne.

Graphique 1 ● Espérance de vie selon le degré de limitation d'activité en France

Mal.1.3.3_G1.JPG

Note de lecture : En 2020, l'espérance de vie en bonne santé à 65 ans est de 10,2 ans pour les hommes et de 11,8 ans pour les femmes.
Sources : Eurostat et enquête EU-SILC
Champ : France entière

Graphique 2 ● Espérance de vie et espérance de vie en bonne santé dans l'Union Européenne en 2020

Mal.1.3.3_G2.JPG

Source : Eurostat
Champ : Pays UE 27
Note de lecture : En 2020, la France est le pays de l’Union Européenne dont l’espérance de vie est la plus élevée avec 21,2 ans (21 ans et 2 mois) dont 11,1 ans (11 ans et 1 mois) en bonne santé.

Source des données
Le dispositif EU-SILC (European Union-Statistics on Incom and Living Conditions) d’enquêtes auprès des populations de l’Union européenne, coordonné par Eurostat permet de recueillir des données sur la santé à travers trois questions : la « santé perçue », la déclaration des maladies chroniques, et les « limitations d’activité ».

Construction de l’indicateur
Les données sur la prévalence de l'incapacité utilisées dans le calcul des années de vie en bonne santé (indicateur AVBS) sont fournies par la question GALI (Indicateur général de limitations d'activités) de l'enquête statistique européenne sur les revenus et conditions de vie (European Union- Statistics on Income and Living Conditions (UE-SILC)) depuis 2004. La question est la suivante : « Êtes-vous limité(e), depuis au moins 6 mois, à cause d’un problème de santé, dans les activités que les gens font habituellement ? ». ». Réponses : oui, fortement limité(e) ; oui, limité(e) mais pas fortement ; non, pas limité(e) du tout. Elles correspondent ici aux limitations « sévères » ou « modérées » ou « sans limitation d’activité ». C’est en combinant les fréquences de déclaration de ces limitations avec les tables de mortalité que l’on obtient les espérances de vie sans incapacité ici décrites.

Certes, ces données comportent une part de subjectivité, liée à la perception de l’état de santé qui peut varier d’un pays à l’autre et dont il faut tenir compte. Mais ces informations fournissent un éclairage essentiel sur les évolutions au cours du temps selon le sexe ou le pays et sur les tendances spécifiques aux dimensions de la santé considérées.

Pour en savoir plus
Deroyon, T. (octobre 2021). En 2020, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans est de 12,1 ans pour les femmes et de 10,6 ans pour les hommes – Etudes et résultats N°1213 - DREES

Organisme responsable de la production de l’indicateur : DSS

Téléchargements complémentaires