Objectif n°3 : Favoriser la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle

2.9.1. Taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans en France et dans l’Union Européenne

Finalité

Lors du Conseil européen de mars 2010, visant une croissance économique « intelligente, durable et inclusive » d'ici 2020, il a en particulier été considéré que l’objectif général de ces mesures était d'augmenter le taux d'emploi global de l'Union européenne à 75 %. Sur la base de ces recommandations, la France s’était fixé un objectif spécifique dans le cadre du programme national de réforme de la France 2011-2014 : atteindre un taux d’emploi des femmes de 70 % en 2020. Si la cible n’a pas été tout à fait atteinte en 2020 en raison de la crise économique liée à la pandémie mondiale (69,3 %), elle l’a été en revanche en 2021 (70,2 %).
Dans le cadre du plan d’action pour la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux, présenté par la Commission Européenne en mars 2021, les Etats Membres, réunis lors d’un sommet à Porto en mai 2021, ont fixé un nouvel objectif consistant à atteindre fin 2030 un taux d’emploi des 20 à 64 ans d’au moins 78 %. La France a endossé cet objectif pour en faire un engagement national. En revanche, la France n’a pas à ce jour d’objectif spécifique concernant l’emploi des femmes.

Résultats

Le taux d’emploi des femmes âgées de 20 à 64 ans en France s’établit à 70,2 % en 2021, poursuivant la tendance à la hausse observée depuis 2011, si l’on fait abstraction de l’année 2020, marquée par la pandémie, d’autant que la baisse des taux d’emploi en 2020 concerne tant les hommes que les femmes en Europe.

Graphique 1 ● Taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans en France

Fa.2.9.1_G1.jpg

Source : Eurostat.
Champ : France métropolitaine jusqu’en 2014 puis France entière hors Mayotte à partir de 2014 inclus.
Note : rupture de série, la prise en compte depuis 2014 des DROM dans le calcul des taux d’emplois en France rend la comparaison des taux d’emploi de 2014 à 2021 avec les années antérieures délicate.

Après plusieurs années d’augmentation entre 2000 et 2008, ce taux avait diminué de 2008 à 2011, principalement en raison de la crise financière et économique qui a touché la France à partir de la fin 2008. Il convient de noter que les taux d’emplois entre 2013 et 2014 ne sont pas comparables en niveau en raison du changement de champ méthodologique : avant 2014 les taux d’emplois ne concernaient que la France métropolitaine alors que depuis 2014, ceux-ci concernent la France entière hors Mayotte. Les interprétations s’effectueront de manière distincte avant 2014 et après 2014. Ainsi, jusqu’en 2021, on observe depuis 2014 une hausse positive et régulière du taux d’emploi des femmes, à hauteur d’un gain d’environ 0,5 point par an.
En ce qui concerne les hommes, le taux d’emploi est plus élevé, il s’établit à 76,4 % en 2021, en hausse de 1,1 point par rapport à 2019. Après être resté relativement stable entre 2000 et 2008, à près de 75,4 %, il a connu à partir de 2009 un décrochage plus important que celui des femmes, imputable également à la conjoncture économique. Depuis 2014, on observe une amélioration significative du taux d’emploi des hommes sur le champ de la France entière.
Le différentiel de taux d’emploi entre hommes et femmes s’élève à 6,2 points en 2021, soit une augmentation de 0,3 point par rapport à 2019. Alors que cet écart avait nettement diminué entre 2000 et 2008, la période 2008-2012 avait marqué un ralentissement. Depuis 2015, l’écart hommes/femmes connaît une évolution alternant des années de hausse entre 2015 et 2017 (de 0,7 point), puis trois années de baisse entre 2018 et 2020. Alors que la réduction de la période 2012-2015 était davantage due au recul du taux d’emploi des hommes qu’à l’augmentation de celui des femmes, la baisse de 0,9 point entre 2017 et 2020 est imputable à une amélioration du taux d’emploi des femmes (+1,2 point) et une quasi-stagnation du taux d’emploi des hommes (+0,3 point). La crise liée à la pandémie a eu relativement plus d’effet sur le taux d’emploi des hommes que sur celui des femmes. Le pendant du phénomène est une reprise plus marquée sur le taux d’emploi des hommes en 2021. 
Avec un taux d’emploi des femmes de 70,2 % en 2021, la France a un niveau supérieur à la moyenne européenne (67,7 % pour l’UE). En revanche, le taux d’emploi des hommes en France est inférieur de 2 points à celui de l’UE (respectivement 76,4 % et 78,5 % - cf. graphique 2).
Le taux d’emploi des femmes varie fortement au sein de l’UE : une femme sur deux est en emploi en Grèce tandis que près de 4 femmes sur 5 le sont en Suède. Le taux d’emploi des femmes est plus élevé dans les pays nordiques (notamment en Finlande et Suède) avec un taux avoisinant les 80 % et plus faible dans les pays du Sud de l’Europe et de la Méditerranée, avec moins de 65 % des femmes en emploi, à l’exception de Chypre (70 %) et du Portugal (73 %). Il est aussi relativement faible dans les pays de l’Est de l’Europe, nouvellement intégrés à l’Union Européenne, hormis certains pays comme la Lituanie et l’Estonie qui affichent un taux d’emploi féminin supérieur à 75 %.

Graphique 2 ● Taux d'emploi des 20-64 ans en Europe en 2021

Fa.2.9.1_G2.jpg

Champ : personnes de 20 à 64 ans.
Source : Eurostat

Construction de l’indicateur
Les classes d’âges visées par l’engagement européen sont constituées des personnes âgées de 20 à 64 ans. Le taux d'emploi est obtenu en divisant le nombre de personnes occupées âgées de 20 à 64 ans par la population féminine totale de la même tranche d'âge, globalement et par genre. Ces indicateurs sont issus de l'enquête communautaire sur les forces de travail (EFT), qui couvre l'ensemble de la population vivant dans des ménages privés. Au sens de cette enquête, la population occupée comprend les personnes qui, durant la semaine de référence et pendant une heure au moins, ont accompli un travail pour une rémunération ou un profit ou qui, n'ayant pas travaillé, avaient néanmoins un emploi dont elles étaient temporairement absentes.

Précisions méthodologiques
Les données proviennent d’Eurostat. L’enquête communautaire sur les forces de travail sur laquelle se fonde l’indicateur ne couvre pas le champ des personnes vivant dans des ménages collectifs (pensions, cités universitaires, établissements hospitaliers). Les notions de taux d’emploi obtenues grâce à l’enquête sont uniformisées au niveau européen afin de présenter des valeurs comparables d’un pays à l’autre. Elles peuvent toutefois différer des notions usuellement retenues par les instituts statistiques des États membres et entraîner de ce fait des écarts avec les sources nationales. La comparaison des taux d’emploi des différents pays présente par ailleurs une limite importante dans la mesure où ces taux sont construits par agrégation de valeurs sensiblement variables selon l’âge alors que les situations démographiques des pays de l’Union peuvent différer. 
 

Organisme responsable de la production de l’indicateur : DSS