Objectif n°3 : Favoriser la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle

2.7.2. Ecart par département de la capacité d’accueil des Etablissements d’accueil du jeune enfant

Finalité

Ce deuxième sous-indicateur permet de mesurer la dispersion de l’offre des places agréées en établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE) de moins de trois ans et de suivre son évolution.

Résultats

L’évolution des disparités territoriales pour les EAJE est présentée dans les tableaux suivants, par département et zone d’emploi.

Graphique 1 ● Capacité d'accueil théorique des EAJE par département

Fa.2.7.2_G1.jpg

Sources : Cnaf (SIAS-MTEAJE, FILEAS, EQUEAJE et ALLSTAT – FR6), Drees (enquêtes PMI), CCMSA, MENESR-DEPP et Insee.
Champ : France (hors Mayotte) et y compris les collectivités d’outre-mer de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Pour chaque département, le taux de couverture est obtenu en rapportant la capacité d’accueil proposée par les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) au nombre d’enfants de moins de trois ans du territoire. En 2019, la moitié des départements a un taux de couverture des enfants de moins de trois ans par les EAJE inférieur ou égal à 16,6 places pour 100 enfants de moins de trois ans. Ce taux médian est en augmentation régulière depuis 2013 (+ 3,3 points), avec une progression plus marquée entre 2018 et 2019. Parallèlement à l’augmentation du taux de couverture médian, la dispersion territoriale – mesurée par le rapport entre le taux de couverture moyen des 20 départements les mieux dotés et celui des 20 départements les moins bien dotés – reste stable entre 2018 et 2019, malgré une tendance à la baisse depuis 2013. On constate que la densité moyenne des départements les mieux dotés augmente à nouveau fortement en 2019 (+ 1,4 point). Depuis 2013, la densité moyenne dans ces départements a augmenté de + 4,9 points, et plus fortement que la densité moyenne des 20 départements les moins bien dotés (+3,3 points). Le graphique 2 permet de voir qu’il existe un continuum dans la distribution de ces densités par département : il varie de 7,7 en Guyane à 51,7 à Paris

Graphique 2 ● Classement en ordre croissant des capacités d'accueil par les EAJE en 2019

Fa.2.7.2_G2.jpg

Sources : Cnaf (EQUEAJE et ALLSTAT – FR6), Drees (enquêtes PMI), CCMSA, MENESR-DEPP et Insee.
Champ : France (hors Mayotte) et y compris les COM de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Carte 1 ● Capacité d'accueil théorique des EAJE au 31 Décembre 2019

Fa.2.7.2_C1.jpg

Sources : Cnaf (EQUEAJE, FILEAS et ALLSTAT – FR6), Drees (enquêtes PMI), CCMSA, MENESR-DEPP et Insee. ©geofla 2019
Champ : France (hors Mayotte) et y compris les COM de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

La moindre capacité d’accueil observée dans certains départements peut correspondre à une insuffisance de l’offre proposée par les EAJE mais aussi à une plus forte présence d’autres modes d’accueil, ou encore à un moindre besoin des familles. Le lien avec le marché du travail départemental est plus délicat à établir : ainsi, la comparaison entre la carte du chômage et celle des densités de places agréées ne permet pas de faire un lien entre ces deux indicateurs. Cette analyse par département est complétée par une analyse par zone d’emploi qui offre une approche plus fine et plus proche des besoins des populations exerçant une activité professionnelle.

Graphique 3 ● Capacité d'accueil théorique des EAJE par zones d'emploi

Fa.2.7.2_G3.jpg

Sources : Cnaf (SIAS-MTEAJE, FILEAS et ALLSTAT – FR6), Drees (enquêtes PMI), CCMSA, MENESR-DEPP et Insee.
Champ : France (hors Mayotte) et y compris les collectivités d’outre-mer de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

En 2019, le taux de couverture médian par zone d’emploi se situe à 14,4 places d’accueil offertes par les EAJE pour 100 enfants de moins de trois ans soit 0,5 point de plus qu’en 2018 et 3,5 points de plus qu’en 2013. Le taux de couverture moyen dans les 50 zones d’emploi les mieux dotées est de 27,1 places contre 7,5 dans les 50 zones d’emploi les moins bien dotées. Après une quasi-stabilité de 2015 à 2017 pour les zones d’emploi les mieux dotées, on note une progression de 2 points en 2018 qui continue en 2019 avec +0;5 points. L’évolution est différente pour les zones d’emploi les moins bien dotées : après une très légère augmentation jusqu’en 2016, on note une stabilité sur la période 2016-2018 et une augmentation (+1 point) entre 2018 et 2019. Sur la base de cette référence, l’indicateur de dispersion qui en découle baisse de 0,5 point par rapport à 2018 pour s’établir à 3,6, résultant principalement de l’élévation de la densité d’offre de places dans les zones les moins bien dotées.

Construction de l’indicateur : Pour calculer la capacité d’accueil, la plupart des données utilisées font référence à une situation au 31 décembre (agréments PMI, salariés à domicile) de l’année N ou à la fin de l’année N (le nombre de places à l’école maternelle pour les deux ans est celui de la rentrée N). La densité est calculée en rapportant ces données au nombre d’enfants de moins de trois ans au 1er janvier de l’année N+1. Chaque année, ces densités permettent de déterminer les 20 départements (les 50 zones d’emploi) les mieux et les moins bien doté(e)s, et ainsi de donner la densité moyenne de ces sous-groupes. La dispersion territoriale se calcule comme le rapport des densités moyennes.

Précisions méthodologiques : De façon à répondre aux demandes d’analyse à un niveau territorial fin, la méthodologie est proposée au niveau du département et de la zone d’emploi. Les unités d’intérêt étant alors de taille très différente, pour disposer d’un diagnostic couvrant donc un territoire suffisant, les résultats sont fournis en considérant les vingt départements (cinquante zones) les mieux et moins bien dotés. Les résultats mentionnés dans cette fiche s’appuyant sur la même méthodologie que celle retenue dans l’indicateur n°1-4-1, leur sont directement comparables. Le calcul de la capacité d’accueil est détaillé dans l’encadré de l’indicateur n°1-4-1.

Organisme responsable de la production de l’indicateur : CNAF

Téléchargements complémentaires